حاير بين الضراير










Cinema - chronique des années de malaise


Les vieux films sont à présent accessibles au plus grand nombre via les sites de téléchargement, explique un cinéphile. Pour ma part, je préfère les voir seul, à partir de ma chambre. J’aurai ainsi le loisir de repasser à souhait des scènes, à arrêter le fi lm quand je veux, pour le reprendre après. Pour que j’aille au cinéma, il faudrait que me soit offert un luxe que je n’ai pas chez moi, et autant dire qu’avec la Cinémathèque ce n’est pas tellement le cas !

ENTV : une tele aux couleurs nord-coreennes


Les journalistes de l’Unique brisent le silence et veulent déverrouiller une ENTV totalement sclérosée. En saisissant la journée du 28 octobre, anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale sur la Télévision algérienne, la section syndicale des journalistes de la Télévision algérienne s’élève contre la chaîne anachronique.

« A l’heure où l’Algérie s’apprête à s’engager dans l’expérience de l’ouverture, nous nous interrogeons sur l’avenir de l’ENTV qui vit une situation difficile », se demande le syndicat dans un communiqué au vitriol rendu public hier. Les journalistes décrivent une télévision « recroquevillée sur elle-même alors que le champ médiatique audiovisuel connaît une ouverture sur la société ».

L’ONDA apporte son soutien a l’artiste Kaddour Benkaddour

Dans le cadre d’un meilleur rapprochement entre l’Office national des droits d’auteurs et des droits voisins, ONDA, et la corporation artistique, une délégation composée de M. Belhachemi, directeur régional de l’ONDA d’Oran, de M. Hassi, membre du conseil d’administration de l’ONDA et de M. Hamou, réalisateur et comédien, a rendu jeudi visite au comédien malade M. Benkaddour Kaddour.

Cette visite qui vient à la demande de la ministre de la Culture et de M. Bencheikh DG de l’office vise à s’enquérir de l’état de santé de cette figure de la comédie oranaise. Un chèque a été remis à l’artiste à qui il a été demandé, de constituer un dossier lequel sera déposé au niveau de l’office.

Avec plus de soixante films à son actif dont « du douar au dollar, Bila Houdoud, Batimat hadj Lakhdar » ... ce comédien qui a rejoint les planches dès les années 80 est malheureusement hébergé chez sa soeur retraitée et n’a toujours pas de toit au grand désespoir de sa famille. Un appel a été lancé aux autorités locales pour venir en aide à ce comédien dans le besoin.

Notons que cette action initiée par l’ONDA s’inscrit dans la stratégie de prise en charge que l’office a mise en place. Un fonds social destiné à venir en aide aux artistes dans le besoin a été instauré depuis des années par l’ONDA. Ce sont les adhérents à l’office qui sont les bénéficiaires des avantages qu’offre ce fonds social lequel est alimenté par les 10% que prélève l’office comme droits de revenus des artistes auteurs sur leurs prestations durant l’année.

Des aides sociales exceptionnelles sont également accordées en plus d’aides culturelles qui permettent au collectif d’organiser des spectacles ou des opérettes, un apport pour la promotion de la culture. Cette formule d’accompagnement ne se limite pas uniquement à la prise en charge des soins médicaux ou des traitements par scanner. Une assistante médicale a été désignée pour assurer le suivi de cette opération. Notons que d’autres aides ont été octroyées avant la fête de l’Aid El Kébir aux artistes, Maâzouz Bouadjadj, Nouna Mekki, Attat Lotfi et Bouteldja Belkacem.

K. Assia
Le Quotidien d'Oran
Dimanche 26 octobre 2014


Recherche personnalisée

Message le plus consulté